Partagez !
Share On Facebook

Aikido à Bruxelles / Ecole Hirokazu Kobayashi


Hotei


Le duc Ai de Lu qui interrogeait Zhong Ni lui dit : aikido kobayashi

 

— Il existe en Wei un homme hideux que l’on appelle Ta, la Triste Haridelle. Tout homme qui séjourne en sa compagnie se prend d’affection pour lui et n’a plus la force de le quitter. Les femmes qui, aussitôt qu’elles l’ont aperçu, ont prié père et mère de bien vouloir les laisser devenir ses concubines plutôt que les épouses de tous autres hommes, s’élèvent en nombre à plus d’une dizaine, et le compte n’est toujours pas arrêté.aikido

 

Or, on n’a pas entendu dire qu’il n’ait jamais pris d’initiative ; tout ce qu’il fait, c’est suivre les autres. Jamais non plus il n’a tenu aucun rôle prépondérant qui lui eût fait sauver autrui de la mort, ni amassé une fortune grâce à laquelle les affamés eussent bientôt recouvré un ventre aussi rond que la pleine lune. Sa laideur épouvante l’étendue sous le ciel ; d’accord avec tout le monde, il ne parle pas plus fort que les autres ; son savoir ne va pas au-delà des quatre frontières ; cependant femelles et mâles se pressent devant lui. Cela signifie qu’il a nécessairement quelque chose de pas ordinaire. L’être dépourvu que je suis le convoqua pour l’examiner.aikido

 

Sa laideur a en effet de quoi épouvanter l’étendue sous le ciel. Il n’était pas demeuré une lunaison avec l’être de peu que je suis que celui-ci eut l’intuition que cet homme-là, personne ne devait le surpasser en efficacité ; une année entière ne s’était pas achevée que l’être indigne que je suis lui accordait sa pleine confiance.aïkido

 

Comme le pays ne se trouvait pas gouverné, l’être infime que je suis se mit dans la tête de le lui transmettre. Il bredouilla, hésita, parut marquer de la distance ; selon toute apparence il éludait la réponse. C’est en grimaçant de honte que l’être dénué que je suis réussit pour finir à lui remettre le pays. Peu de temps après, il prit congé de ma misérable personne, il s’en alla. Ma misérable personne connut le chagrin comme s’il s’était agi d’une perte irrémédiable, semblant avoir à jamais exclu la joie du royaume.

 

Cet homme, qu’est-il donc ?aikido

 

(Tchouang Tseu, Les tablettes intérieures)

 

 


 




imprimer imprimer Email This Page Email This Page

Autres cours au Dojo

Articles & Textes